En poursuivant votre navigation sur https://relaisducoeur.mecenat-cardiaque.org, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de navigation et vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Fermer

30ème marathon avec le coeur

par Jean-Marc TROCHON

3 250 €

collectés sur 800 €

406%

projet
terminé

29

contributeurs

Partager cette page de collecte

Le projet
Les contributeurs
Les actus
Commentaires

Pourquoi ce projet vous tient-il à coeur ? Transmettez-nous votre engagement !
Il y a toujours plein de bonnes raisons de faire des choses positives, mais trop souvent peu d'actes derrière. Il est bon parfois de s'engager pour une cause. Pour se remotiver et se sentir utile.

Quel est votre objectif ?
Réunir la somme la plus importante possible avant tout et puis essayer de faire un bon temps au marathon en plus pour ne pas décevoir les donateurs !

Quelque chose à ajouter ? Une anecdote à partager ?
30ème marathon. Champagne à l'arrivée ?

Voir tout

25/02/2019

Michael Reilly

45 €

21/02/2019

Daniel LE HENAFF (Association CentraleSupélec)

200 €

20/02/2019

MARION PERRIER

20 €

16/02/2019

EMIE TROCHON

15 €

16/02/2019

Sylvaine MAILLARD

40 €

Allez Jean Marc !!! comme tous les ans je serai là pour les encouragements... Plein de courage pour une bonne cause !

13/02/2019

Aurélie Launay

75 €

09/02/2019

Frédéric Gonté

20 €

Allez JM on y croit

08/02/2019

colette kuchler

20 €

Allez JM - je n'ai pas pu te soutenir la dernière fois, alors là c'est fait!! je suis avec toi ! :-) Coco

08/02/2019

DEBORAH BODRAS

30 €

Voir tout
  • Jean-Marc TROCHON

    Créateur de la page

    18/03/2019

    Dans le dur mais avec du positif

    4 semaines du départ on commence a en avoir plein les jambes. On est dans le dur et on force encore. Ce samedi 16km avec le vent toujours et encore. Je sens vraiment la fatigue dès le départ. On s'accroche donc.

    Et puis rebelote le dimanche avec 13km. Avec de la grele en prime.

    Tout ça est fait à allure marathon, ou le plus vite possible ! Mais il faut vraiment pousser la machine pour arriver à prendre son rythme et arriver dans les temps envisagés. Le problème c'est ce vent qui n'arrête pas et qui fausse tout. On fait des temps nuls, alors on accélere (si on peut) et on est épuisé en ayant l'impression de faire comme d'habitude.

    Et pour aider j'ai un rhume carabiné. Mais bon ça va se faire.

    D'autant plus que depuis hier je sais que je pourrais participer au marathon. Les 800€ sont dépassés. Voila une bonne chose de faites. Merci à tous ceux qui ont participés jusu'à ce jour.

    Mais je ne lache rien, ni pour la course, ni pour la récolte de fonds !

  • Jean-Marc TROCHON

    Créateur de la page

    18/03/2019

    La musique adoucit les courses

    Les sorties longues sont obligatoires pour une prépa marathon, et elles peuvent parfois se révéler...longues ! Les solutions ? Avoir des objectifs intermédiaires : Un point précis, une fontaine, une distance. On peut faire des rythmes différents aussi (2 fois 4km à allure marathon sur une sortie par exemple). Tout cela aide à rompre la monotonie.

    Sinon, il y a la musique. Mes sorties longues je prends ma musique avec moi. Ca coupe la monotonie quand on est tout seul. Le tout c'est de bien choisir la musique pour ne pas être saoulé au bout de 20mn. pour ma part je suis eclectique. Ma playliste change beaucoup mais il y a quelques incontournables. Quoi ? Kid A de Radiohead. Un mouvement electronique répétitif reflet parfait de la course à pieds. Tostaky de Noir Désir. Morceaux déjanté avec des paroles qui résonent quand la séance est dure : "N'ayons l'air de rien, Soyons désinvoltes" ! Il y a aussi un morceau classque Gayane Ballet Suite de Katchaturian. Cette musique était  utilisée dans le film 2001 l'odyssée de l'espace. Dans ce passage, dans un vaisseau perdu dans l'espace un astronaute fait son jogging dans une roue comme un hamster. Cette musique très mélancolique illustre parfaitement la solitude de cet astronaute et est également l'image parfaite du coureur seul dans l'effort. Sinon pour motiver, on peut noter Everlast de Foo Fighters, Born to run de Springsteen ou Wanna be startin something de Michael Jackson. Mais en tout cas attention. On écoute pas de la musique en courant, on l'entend ! Choisissez bien !

     

  • Jean-Marc TROCHON

    Créateur de la page

    15/03/2019

    Le jeudi...sous la pluie aussi !

    Pluie et vent pour changer. Un peu difficile mais a se passe bien.

    A la base l'entrainement c'est 12 semaines avant une course et une évolution. Pour un marathon minimum 3 séances par semaines et 4 ou 5 si l'on est en forme ou que l'on a des objectifs ambitieux. Vu mon état cette année je reste sur 3. On commence par des séances de renforcement surtout, du foncier pour se muscler. Puis on part sur des choses de plus en plus longues. Il faut ensuite varier les plaisirs : Du fractionné, des cotes, du Fartlek, du long. On change pour ne pas s'ennuyer et alterner les efforts.

    A un mois du marathon on est dans le dur. Une séance longue par semaine si possible et puis 2 séances de fractionné. Mais les 30s 30s se transforment et 2 ou 3 fois 4 km.

    Hier c'était 2 x 2000m à allure 10km c'est à dire vite et fatigant. Puis 3km à allure marathon ce qui permet de voir si on arrive à bien récupérer. Bon à part la pluie et le vent qui ont un peu ralenti l'allure, pas de douleurs suspectes. Ouf !

    Maintenant j'espère juste un peu de beau temps sans vent pour la longue sortie du week end !

  • Jean-Marc TROCHON

    Créateur de la page

    14/03/2019

    Le mardi sous la pluie

    Après le vent, la pluie (et le vent quand même). Difficile de partir ce mardi avec ce temps. Finalement je pars (à reculons) quand ça se calme un peu. Et puis je rejoins le groupe d'entrainement sur la piste détrempée. J'arrive juste à temps pour le début de la séance. 4 x 3000m. C'est dur avec juste 8mn d'échauffement ! Il me faut 2 km pour me mettre dans le rythme. Après ça repart.

    Mais finalement la séance va être écourtée. Au bout d'1km dans la 3ème série je ressens une douleur que je ne connais pas au niveau du ventre. Tiens c'est nouveau ! Je décide de ne pas continuer pour ne pas risquer de me blesser. Je sais courir avec mes vieilles douleurs. Ca c'est l'habitude. Mais dès qu'un petit truc qu'on ne connait pas commence à clocher, là tous les sens sont en éveil : Tiens ! Qu'est ce que c'est que ça ? D'ou ça vient ? Est ce que ça passe ou pas ? La peur de se blesser va crescendo au fur et à mesure que l'on se rapproche de la date de la course. Et à un mois du départ on commence à taper fort dans les ressources. Il faut donner beaucoup pour être prêt le jour J.

    Donc il vaut mieux parfois ralentir plutot que de risquer gros en voulant finir une séance. Bon pour cette fois pas de conséquences j'espère. On verra bien lors de la prochaine sortie...

  • Jean-Marc TROCHON

    Créateur de la page

    11/03/2019

    Aéro frains (ou le fond de l'air effraie !)

    J'avais parlé du vent précédemment, et bien ce dimanche c'était tempête ! Ce n'était plus du vent mais un mur ! Pour bien commencer, 8km face au vent. Tellement d'air que non seulement on n'avance pas, mais en plus on n'arrive pas a respirer. Le vent qui vous rentre dans les poumons à 100km/h vous empêche d'expulser le CO2. Epuisant, physyquement et moralement. Finalement j'arrive au départ du semi de Paris et je me mêle aux coureurs qui ont un objectif de 2h. Pas assez vite pour moi, alors je fais du slalom géant dans la foule. Ca casse le rythme et ça fatigue, mais au moins ça coupe le vent ! Et puis au bout d'un moment hop on tourne et là vent dans le dos. Tout d'un coup on ne cours plus, on fait des bonds de 2m ! Les temps s'améliorent.

    Finalement je laisse le semi au 16ème km qui passe pas très loin de chez moi. Je pleins les autres qui ont encore 5km à faire, de nouveau contre le vent toujours aussi fort.

    Finalement, sortie de 26km. Je suis saoulé de vent. Plein les jambes et plein la tête.

    Mais au moins ça c'est fait !

  • Jean-Marc TROCHON

    Créateur de la page

    09/03/2019

    Rattrapage

    Pas pu courir jeudi alors je rattrpae ce vendredi. La prépa c'est au moins 3 sorties par semaine. Voir 4 ou 5 si on a des objectifs élevés et que l'on a pas trop de pépins physiques. Ce n'est pas mon cas cette année alors je limite pour éviter de me faire encore plus mal. Après des années à m'netrainer, je commence à me connaitre suffisamment et à savoir comment mon corps réagit et ce que je peux faire...ou pas.

    Ce vendredi 3 x 4km rapides. Comme je n'ai pas trop le temps, je pars direct sans échauffement. PAS BIEN ! Mais bon, on fait ce qu'on peut. De plus, le jour de la course, on a peu de temps et d'espace pour vraiment s'échauffer et il faut tout de suite être dans le rythme. Alors on dira que c'est les conditions courses !

    La sortie se passe bien, mais avec les douleurs habituelles, ce qui me ralenti un peu. Prochaine sortie dimanche. Là il faut vraiment faire une sortie longue entre 25 et 30km pour voir. C'est le semi de Paris. Je vais pouvoir courir rejoindre la course pour faire un petit tour en ville !

  • Jean-Marc TROCHON

    Créateur de la page

    06/03/2019

    Petite soirée

    Pas trop la pêche ce soir. Fatigué et mal aux jambes dès l'échauffement.

    Léchauffement c'est 20 mn. Normalement après il faut faire quelques étirements puis des "gammes", c'est à dire quelques longueurs en faisant talon fesse, jambes tendues et montée des genous pour bien tout dérouiller avant la "vraie" séance. Moi en ce moment je limite un peu pour éviter d'avoir mal. Mais c'est quand même bien de le faire pour éviter les blessures. Après 25 ans à courir, je me connais suffisamment bien pour voir ce que je peux ou dois faire, ou pas.

    Ce soir c'est la piste avec 10 X 2mn rapides et unemn cool. Je commence doucement (enfin tout est relatif !), pour m'évaluer et puis j'augmente le rythme. Enfin pour les dernières séries, je m'accroche !

    Allez cette fois aussi ça passe. Il faut quand même que je récupère un peu. Il y a toujours des jours avec et des jours sans pendant une prépa. C'est normal. Il faut faire avec et s'adapter. J'essaye toujours, mais ce n'est pas facile tous les jours ! 

  • Jean-Marc TROCHON

    Créateur de la page

    04/03/2019

    Dans le vent

    Sortie dominicale. Quel vent ! Pourquoi a t on toujours l'impression d'avoir le vent contre ? Bref une séance difficile. On force pour essayer de rester dans le rythme prévu. On souffre, on en prend plein la tête et on a l'impression de ne pas avancer. Pas simple. Enfin, encore une fois, ma sortie de 25km se transforme en 17km seulement. Manque de temps et manque de motivation. Bon on essaye de tenir un petit rythme quand même. Aujourd'hui je sais que je peux tenir un rythme de 4,45mn/km sur au moins un semi marathon. Le problème c'est les 21km qui restent. Il me reste 6 semaines pour travailler là dessus. Et puis si ça ne va pas. Il faudra se résoudre à faire moins vite... Non je rigole. Je vais partir vite et puis après ça passe ou ça casse, comme d'hab !

  • Jean-Marc TROCHON

    Créateur de la page

    28/02/2019

    Le temps change

    En s'entrainant pour une course comme un marathon, plus on se rapproche de la date fatidique, plus on est à l'écoute de son corps...et surtout de ses douleurs. On a toujours l'angoisse que quelque chose coince juste avant la course, et qu'on ne puisse pas donner son maximum, ou pire même, qu'on ne puisse pas participer. J'ai vécu cela et c'est très dur à vivre.

    Cette année comme j'ai eu pas mal de problèmes je relativise. Chaque séance a son lot de douleurs. Et bien ce soir suite à l'épisode de pollution et une petite crise d'asthme, ce fut le souffle le problème. Impossible de trouver le rythme sur 3x3000m. La pluie en plus. Pas cool. Il y a des jours comme ça.

    Enfin ça ira mieux la prochaine fois.

    On reste motivé surtout que les dons ont bien augmenté. Ca c'est super ! Un très grand merci à tous. Alors je vais continuer à me faire mal pour être fin prêt le 14 avril à 8h45 (en direct sur France 3 !).

    Et pour se remettre, demain matin...Kiné !

  • Jean-Marc TROCHON

    Créateur de la page

    27/02/2019

    Un tour avec d'autres Coureurs du coeur

    Rendez vous à l'association hier pour une présentation et une rencontre avec d'autre coureurs. Tout le monde est motivé. Ca aide de courir por une cause. Et puis rencontre avec Jacqueline, une petite fille qui vient de se faire opérer au début du mois et ses parents d'adoption pendant son séjour en France. Grace aux efforts de tous, Jacqueline est en pleine forme. Pas besoin de beaucoup d'explication. Il suffit de voir la cicatrice sur sa poitrine pour voir par quoi Jacqueline est passée avant d'en arriver là. Une telle opération coute 12.000€ et on voit immédiatement ou va l'argent que nous essayons de récolter. Alors tout ça nous booste pour faire une petite sortie en groupe sur les quais de Seine dans la chaude soirée parisienne de ce 26 février. Rien de trop difficile ce soir, mais beaucoup d'échanges et de partage...

Voir tout
Voir tout